[Le Débat, n° 146, septembre-octobre 2007, p. 148-156]

L'hôpital public est en péril parce que les réformes dont il fait actuellement l'objet - sans précédent dans leur ampleur et dans la brièveté de leur application - sont adossées à un diagnostic erroné de sa situation. Ce n'est pas un gestion rigoureuse qui menace l'hôpital public, c'est l'application de remèdes inappropriés. Le succès apparent des réformes hospitalières actuelles dans un contexte inchangé signifierait que des sacrifices fondamentaux auraient été consentis.

                                                 ARTICLE