[Journal d'économie médicale, Vol. 25, n° 5-6, septembre-octobre 2007, p. 307-317]

 

L'hôpital public français est supposé manquer cruellement de personnel. Commentaires, témoignages, images télévisées, s'accordent à dénoncer une situation où l'insuffisance de la main-d'oeuvre hospitalière non seulement dégrade les conditions de travail mais viendrait à compromettre la qualtié des soins dispensés. Or l'analyse des dotations en personnel des hôpitaux français ne corrobore pas ce sentiment - en particulier comparativement à l'emploi dans les hôpitaux des principaux pays industrialisés. La question du personnel dans les hôpitaux ne doit pas se limiter à l'analyse partielle de quelques professions emblématiques mais doit incorporer l'estimation du nombre d'établissements disséminés sur le territoire national, et l'analyse du champ des compétences employées dans les établissements publics de santé - qui dépasse de très loin les métiers et les professions qui relèvent du soin. De même, le décalage sans cesse croissant entre l'appartenance professionnelle "nominale" et l'appartenance professionnelle réelle - qui met en lumière la prédominance de la fonction dans l'analyse des dotations en personnel - conduit à s'interroger sur ce qu'est réellement un métier ou une profession du soin. Quand on se penche sur la question des dotations en personnel des hôpitaux, c'est bien le nombre de personnels affectés réellement à la prise en charge des patients qui est déterminant.

                                               ARTICLE